Enfin un restaurant digne de ce nom à N'Djaména tenu par des Tchadiens. Je suis littéralement tombé dingue de cet établissement unique en son genre. Découvrez avec moi un lieu anticonformiste dans tous les sens du terme.

 

                                                               12345491_738830186261527_7276329714154097644_n

 

Le Madrégale est un restaurant qui a tous les atouts pour être le #IT de N’Djaména.

- « C’est quoi un #IT Chérif ? »

J’ai un peu adapté le terme #IT, qui désigne dans le jargon de la presse people américaine une « belle femme stylée, qui possède un certain sexappeal et qui est à la une de l’actualité », pour vanter les qualités de mon restaurant préféré. Par exemple, Ashley Graham est une #ITGirl.

Une adaptation de vocabulaire à bon escient, car ce petit restaurant qui ne paye pas de mine est une pépite en devenir. Cela autant pour la qualité de ses repas, sa situation géographique, que son architecture ou sa déco. Un autre avantage du Madrégale est son capital humain, personnalisé par son duo de patronnes : Aïcha et Achouakh, des personnes accueillantes et très attachantes. Elles mettent un point d’honneur à échanger quelques mots avec chacun de leurs convives. Pour les mettre à l’aise tout d’abord, mais aussi, en business women avisées, pour avoir leur avis et ainsi améliorer au quotidien les services proposés. J’aime écouter les infos en mangeant et l’ai réclamé une fois. Du coup, dès que j’arrive la télé est allumée sur France 24. Ça c’est du service !

Image4

Le Madrégale bénéficie définitivement du meilleur emplacement de la ville. Place de la Nation : proche de tout, loin de rien. Il se situe plus précisément dans la rue qui jouxte la fameuse place et l’immeuble de la BEAC. Le petit bâtiment, caractéristique du style architectural sahélo-arabesque, a un charme fou. Esseulée comme un majestueux temple tibétain dans les hauteurs de Lassa, la charmante bâtisse borde une pelouse grande comme 4 terrains  de foot. Les soirées en extérieur y sont très agréables. Le calme, l’espace et les quelques brises qui y soufflent vous procurent  un sentiment de plénitude, sans égale à la fin d’une longue journée de travail. Mais le clou du spectacle visuel est à l’intérieur. Une salle au ton jaune pâle, décorée personnellement par Aîcha et Achouakh, a des airs de loggia ‘’feng shui’’ avec cette fontaine coulant sur le tronc d’un arbre à palabre. Ça vaut le déplacement ! Des clichés de la vie quotidienne en périphérie de N’Djaména ornent les murs au même titre que ces fenêtres en arcade d’ogives. Un anticonformisme qui sied bien à l’esprit du lieu.

« Propre et pas cher ! »

‘’Anticonformiste’’ non pas seulement parce que l’architecture globale est bigarrée. Mais surtout en termes de qualité/prix. Du met le plus basique à l’assiette la plus onéreuse, aucun restaurant de N’Djaména ne peut se targuer d’afficher des prix aussi concurrentiels. Sans perte de qualité en plus ! Partout ailleurs, à deux vous dépenserez un minimum de 20 000 francs pour un plat + boisson. Au Madrégale, l’addition ne dépassera pas les 16 000 francs pour deux plats et deux smoothies (jus de fruits). Ces prix d’entrée donnent le ton pour le reste…

2017-01-03_16

                                       2017-01-03_17

                                     Le Yassa dore, sans curry.

 

La carte du Madrégale est un mariage équilibré entre cuisine tchadienne (daraba, kissar, etc.), plats africain (sauces à base de feuilles, ndolé, yassa, etc.) et préparations occidentales (bolo, cordon bleu, etc.). Les entrées sont principalement composées de salades et de bouillons. Le soir, Le Madrégale enrichi sa carte en proposant de tendres grillades servies en terrasse. Rien d’extraordinaire, mais tout est bon. « Propre et pas cher » comme dit mon ami Mahamat Moussa. Depuis que je l’ai amené manger au Madrégale, il ne loupe pas un midi. Un autre de mes amis, plus que sceptique sur les capacités des Tchadiens à proposer des plats locaux dans un cadre normé, a été agréablement surpris.

Image3

 

Votre bloggeur préféré avec Achouakh, l'une des deux patronnes du Madrégale.

 

Le mot Madrégale désigne une variété de vins italiens très prisée dans les Abruzzes, une région centre-méridionale de l’Italie. Mais dans le même temps, Aïcha et Achouakh ne servent pas d’alcool dans leur établissement. Un beau pied de nez ! L’anticonformisme est décidément présent à chaque instant dans ce lieu de gourmandise.

Pour réserver une table ou commander vos plats, c’est ICI. Ou au 60 02 46 16 / 93 15 14 96

Chérif ADOUDOU ARTINE

signature blog