Nous vous proposons jusqu'au 8 avril une "éphéméride" de la campagne électorale pour la présidentielle du 10 avril 2016. Un regard sans fard sur la classe politique tchadienne et la manière dont elle souhaite se faire entendre. Une sorte de veille politique-marketing-médias. #J18

Image2journal de campagne

 Faya, la ville oubliée !

Cérémonie d'inauguration de nouvelles salles de classe à Faya

Le candidat IDI a oublié de cocher la ville de Faya sur sa feuille de route électorale. Cette omission marque-t-elle le rejet par le pouvoir en place de toute une région ? L’abandon d’une partie de la population septentrionale du pays ? Pourquoi tant de défiance à l’encontre de la grande Palmeraie de la région du Borkou ?  Le désamour entre Idriss Déby et les cadres de la région ne serait-il pas du fait des seconds cités, en réaction au traitement du procès Habré par le gouvernement ? Ou est-il plus récent,  à savoir l’accueil réservé au candidat de l’UNDR, Saleh Kebzabo? Il y a peut-être un peu de tout ça. Le signale politique lancé est en tout cas très fort et répond par l’affirmatif à mes interrogations. Est-ce à dire que Faya sera, pour ces 5 prochaines années, vouée aux gémonies ? Encore une question, décidément…

Stop aux supputations. Cette indifférence est due tout simplement ( ????) à une arithmétique électorale, car le poids de cette partie du BET ne représente que 0,42% (26 662 suffrages) du corps électoral tchadien.

Vous trouverez dans ce tweet le poids de chaque région.


Les biens de l’Etat

Sur l’antenne d’Africa24, Brice MbaimonGuedmbaye du Mptr a dénoncé l’utilisation abusive des biens de l’Etat par le candidat Idriss Deby. « Il fait sa campagne en hélicoptère (…) un hélicoptère qui ne lui appartient pas. Dans le même temps, nous faisons campagne avec nos propres véhicules du nord au sud ». On confond donc sciemment les biens de l’Etat avec une propriété privée. Tous les candidats ont dénoncé cet état de fait. Sans pour autant que l’attitude désinvolte, par rapport à un article du code électorale, du sortant et celle de ses partisans ne changent.

En marge de la campagne électorale, l’arrestation il y a 15 jours de 4 membres de la société civile a beaucoup fait parler d’elle. Ce jeudi 07 avril, lors de la reprise du procès, le procureur a requis une peine de 6 mois de prison ferme contre Céline Narmadji (porte-parole du mouvement « Trop c’est trop »),  Nadjo Kaïna (porte-parole du mouvement « Iyina »), Mahamat-Ahmat Ibédou (porte-parole de la coalition « Ça suffit »), Younous Mahadjir (SG de l’union des syndicats du Tchad (UST). Rappelons qu’Albyssaty Allazam, porte-parole par intérim de « Ça suffit » est également sous écrou. Ces personnes s’opposent à un cinquième mandat du président sortant.

L’agenda des principaux candidats pour la dernière journée de campagne (vendredi 08 avril) :

Mahamad Ahmad Al Habo (PLD) : N’Djaména (sans préciser le lieu)

Djimrangar Dadnadji (CAP-SUR) : N’Djaména (sans préciser le lieu)

Idriss Deby (MPS) : meeting au stade Idriss Mahamat Ouya à Ndjaména

Saleh Kebzabo (UNDR) : meeting au stade de Paris-Congo à N’Djaména

Laoukein Médard (CTPD) : meeting à Moundou

Bonne journée.

Chérif ADOUDOU ARTINE

Crédit photo : defense.gouv.fr

signature blog