Nous vous proposons jusqu'au 8 avril une "éphéméride" de la campagne électorale pour la présidentielle du 10 avril 2016. Un regard sans fard sur la classe politique tchadienne et la manière dont elle souhaite se faire entendre. Une sorte de veille politique-marketing-médias. #J17

Image2journal de campagne

Kebzabo "a detourné"

Massenya, la croisée des chemins. C’est là que Saleh Kebzabo de l’UNDR avait lancé sa campagne électorale. Et qu’Idriss Deby de l’Alliance des partis alliés au MPS clôture la sienne en province. Le mimétisme entre les deux hommes ne s’arrête pas à ce détail géographique. Le mardi 22 mars, le favori du parti à la calebasse fustigeait le bilan du président sortant en désignant Massenya, chef-lieu du Chari Baguirmi, comme « la ville symbole de l’inégalité qui sévit au Tchad ». Et Deby de s’en prendre, ça mardi 05 avril, à Kebzabo, sans jamais le nommer, comme celui qui « a détourné de l’argent (…) alors que je l’ai nommé plusieurs fois ministre. Et maintenant il veut devenir Président ». Le chapelet de promesses, d’encouragements et de bonnes intentions s’est égrainé comme à l’accoutumé pour cloturer un meeting "énorme"

Les corolaires s’arrêtent là, car « de mémoire d’habitant de Massenya, il n’y a jamais eu autant de monde pour un meeting politique » assure Ali, originaire de la région. Sans donner un nombre exact pour comparer avec l'affluence de l'UNDR quinze jours plus tôt, on peut confirmer que la capacité de mobilisation du MPS est de loin supérieure à celle de ses concurrents. C’est ce qui transparait d’ailleurs à Ndjaména depuis le début du barnum électoral.

Retournement de veste

La fin de cette campagne est marquée par des désistements aussi soudain qu’étranges. Et celui qui en fait les frais est Saleh Kebzabo. Il perd le même jour son leader de la jeunesse, Mahamat Tahir Korom Bodoloumi, et l’un de ses partis alliés, l’UDT (Union démocratique tchadienne) personnifiée par Abderahman Koulamallah. Le premier a déploré le système de gestion de la campagne sans se prononcer sur son futur politique. Le second quant à lui a clairement affirmé qu’il « aidera le candidat de l’Alliance dans la région de Massaguet ». Une aide sans contrepartie ?

Les jours qui suivent nous offrirons leurs lots de démissions, de désistement, de ralliement de certains seconds couteaux. En prélude au grand marchandage qui débutera après l’annonce des résultats du 1er tour. Car les consciences à vendre sont pléthores dans le landernau politique tchadien.

Bonne journée.

Chérif ADOUDOU ARTINE

 

signature blog