Nous vous proposons jusqu'au 8 avril une "éphéméride" de la campagne électorale pour la présidentielle du 10 avril 2016. Un regard sans fard sur la classe politique tchadienne et la manière dont elle souhaite se faire entendre. Une sorte de veille politique-marketing-médias. #J10

Image2journal de campagne

On s'ennuie !

emergence

Cette campagne électorale est d’un ennui. Aucun fait marquant, aucune phrase qui pourrait attirer notre attention par sa profondeur, rien. Si ce n’est les insultes, les invectives et la violation des droits civiques. Et une dose de débauche également.  Car les multiples bureaux de soutien ne sont pour la plupart que des tripots qui ne disent pas leurs noms. Une partie de la gente féminine qui composent ces lieux vient parée de ses plus beaux atours pour plaire à des paons suffoquant d’arrogance. En tant que Tchadien, j’exècre cette période et cette manière très particulière de faire de la politique. Une activité déjà pas très reluisante quand elle est pratiquée sous d’autres cieux. Alors imaginez dans ces conditions.

 Il y a quand même deux bureaux qui se démarquent sur l’affichage Outdoor (sur le fond, on repassera). Il s’agit de « Jeunes Patriotes » et « Emergence ». J’ai vu des animations 2D sur les écrans publicitaires de la ville et des 3x4 assez soignés.

 Même les partis d’opposition semblent avoir délaissé la campagne politique pour un combat citoyen en faveur des membres de la société civile incarcérés. Sans vouloir être trop sévère, je pense que c’est sciemment qu’ils ont opté pour cette voie. Ne faisant pas le poids financièrement face à la machine du parti au pouvoir, ils ont trouvé une manière d’exister médiatiquement. Cette présence est surtout virale malheureusement car elle n’atteint pas grand monde.

Quelques faits...

Des intimidations de membres de partis d’opposition « ont eu lieu à Mongo, capitale de la région du Guera, avant l’arrivée du candidat Idriss Déby pour son meeting du samedi 26 mars » rapporte un communiqué de FORCE, une coalition de partis politique dans laquelle se trouve l’UNDR de Saleh Kebzabo.

Après Mongo, c’est à Moundou que le président candidat s’est rendu. Il a poursuivi par tournée à Sarh lundi. Une parenthèse dans la campagne de IDI. Après son meeting de Doba, il portera sa casquette de Chef d’Etat pour assister à Bangui à l’investiture du Président centrafricain Touadéra.

Mariam Mahamat Nour, Ministre du Plan, s’est fait clasher lors d’un débat avec des citoyens sur Electron TV qui portait sur les réalisations du dernier quinquennat. Elle s’est pris les pieds dans le tapis. Elle ne maîtrisait aucun chiffre. Potassez vos fiches nom de dieu !!!

Abéché se révolte. Et une fois de plus les forces de l’ordre n’ont pas fait dans le détail.

L’une des plus belles perles (bourdes ?) de cette campagne électorale vient du Premier ministre, Albert Pahimi Padacket. Il a affirmé, lors d’un meeting à Laï, que les « 13 candidats à la présidentielle (il exclut son champion donc) sont des affamés ». Plus que les Tchadiens même à qui ils demandent leurs suffrages.

 


 

Allo ? La cellule de communication de campagne de l’Alliance... Vous arrive-t-il de briefer vos porte-paroles ? Y a-t-il des fiches sur l’actu, sur les chiffres clés de l’économie, sur les attentes des populations visitées, etc. ? Préparez-vous des éléments de langages pour uniformiser votre communication ? La connerie déblatérée par le PM est une réponse à ces trois questions.

Bon mercredi à tous.

Chérif ADOUDOU ARTINE

signature blog