Enlèvement, séquestration, viol. Voilà comment certains petits cons préparent la Saint-Valentin au Tchad, un pays qui me dégoute parfois. Dans ce billet, il n’y a pas d’unité de temps ni de lieu, précisions fondamentales quand on écrit, car ces viols se répètent à longueur de semaines et partout dans ce pays. C’est en hommage à toutes ces femmes que je rédige.

                                                           Screenshot_2015_12_09_23_59_24_1

Choqué. Anéanti. Ehonté. Quand cinq idiots s’en prennent à une jeune femme. L’enlèvent, la maltraitent, la violent et ensuite postent les vidéos de leur forfait sur la toile. Insupportable.

C’est pourtant ce qui est arrivé à Zouhoura, lycéenne au complexe HEC Tchad. Pauvre fille, que n’a dû-t-elle pas subir durant ces longues heures avec des fauves en rut autour d’elle? Des gens dégoutants, laids comme des poux, qui apparemment ne savent pas comment aborder une personne du sexe opposé. Pire, ils ne savent pas que dans une société humaine régie par des balises de vie on ne séquestre pas quelqu’un, etc. C’est fondamental, et pourtant ces chimpanzés ont franchi la ligne. Si des chimpanzés me lisaient, je leur présenterais mes excuses, car je suis persuadé que cette comparaison avec des sous-hommes les énerveraient au plus haut point. Car même chez ces primates, il y a des règles sociales à respecter. Dans le cadre des relations avec les femelles du groupe, il y a une hiérarchie basée sur l’ancienneté. Aucun de ces grands singes n’ose enfreindre cette loi, de peur de la sanction du groupe. Oui, les chimpanzés respectent le savoir-vivre et le savoir-être…

Le voyeurisme m’a poussé à cliquer sur l’une des vidéos postées. Je n’ai pas pu regarder cette horreur plus de dix secondes. Insoutenable ! J’avais le cœur fendu car je pensais à mes sœurs, à mes cousines, à mes nièces, à mes amies et aux jeunes femmes de ce pays devenu une jungle dans laquelle n’importe quel sagouin se permet le pire, sous le couvert d’une impunité insolente. Je plains et j’accuse les parents de ces animaux. Le respect d’autrui, de sa dignité doivent être à la base de l’éducation de chaque enfant. Force est de constater qu’après cet acte barbare, ces « parents » ont failli dans l’éducation de base de leur progéniture. Et fiers comme des petits coqs de basse cours, ils seront les premiers à défendre leurs sauvages d’enfants.

Sois forte ! 

J’ai pensé également au désarroi et à la détresse morale des parents de Zouhoura. Ils doivent être détruits et un sentiment de haine doit les ronger. Si ces gens décident d’entamer une vendetta contre ces délinquants sexuels doublés d’une ignorance profonde, personne ne pourra les pointer du doigt. Ces chiens de faïence ont touché à l’honneur de toute une famille à travers l’intimité d’une des leurs. Qui leur rendra justice ? Qui calmera les haines dans leurs cœurs ? Comment faire pour tempérer ce sentiment d’injustice ?

Ma dernière pensée pour Zouhoura. Ce que tu viens de subir, je ne le souhaite à aucune femme. Tu as été souillée, mais sache que ces hommes qui ont laissé leurs pulsions primaires les guider ne s’en sortiront pas à bon compte. Que ce soit sur terre ou dans l’au-delà, car Dieu seul est aux commandes. Sois forte Zouhoura.

Chérif ADOUDOU ARTINE

signature blog