En cette fin d’année, votre blog vous propose son palmarès de Tchadiens incontournables médiatiquement en 2016. Classés dans trois catégories, cette brochette de personnalités fera parler d’elle. Découvrez nos ‘’sexy demain’’. On commence par quatre politiciens.

 

tchadocs

 

L’idée initiale était de ne pas intégrer de femmes ou d’hommes politiques. Mais en cette année d’élection présidentielle, ma subjectivité à dessein aurait été malhonnête. Par conséquent j’intègre, Idriss Deby Itno non compris, quatre ténors de la politique tchadienne dans cette shorlist des incontournables classés par ordre alphabétique.

 

CAP-SUR et certain ?

fiche djimrangar

L’ancien Premier ministre a surpris son monde en claquant la porte du MPS en janvier 2015. Alors que journalistes et autres observateurs tchadiens lui prédisaient un quotidien semé d’embuches et de tracasseries judiciaires, voilà qu’en avril il sort de son chapeau un parti politique. Même si les lignes au Tchad sont bien définies, le positionnement du CAP-SUR reste très flou. Dadnadji, que l’on pouvait espérer plus virulent, a fait la part belle à IDI lors d’une interview accordée à Ndjaména Bi-Hebdo en septembre dernier. Quel rôle jouera-t-il en 2016 ? A l’heure actuelle seul lui le sait. Mais il est à parier qu’il alimentera les débats et les colonnes des journaux tant les questions qui entourent son parti sont nombreuses. Sans compter l’espoir qu’il suscite auprès de certaines populations.

 

Le leader de l'opposition démocratique ?

fiche kebzabo

Ira ? Ira pas ? Saleh Kebzabo laisse planer le doute sur sa participation au scrutin présidentiel de 2016. Toujours prêt à tancer le pouvoir MPS, le président (depuis 25 ans aussi) de l’UNDR a toujours la flamme. Au bout de ce quart de siècle à la tête de sa machine politique, on ne sent aucune fatigue morale, ni résignation. Toujours bon pied, bon œil ! Cet homme aux formules acerbes contre « les paltoquets ministrillons » a le profil pour être ce candidat unique que l’opposition démocratique tchadienne souhaite. Pour cela il devra réussir à concilier les égos surdimensionnés de ses paires au sein du « cartel » des anti-Déby. Dans son costume de leader, il aura plus à perdre qu’à gagner s’il va à la présidentielle sans l’étiquette de « l’unique ».  Une analyse rapide de la situation permet d’avancer que l’ancien ministre de l’Education nationale ne fera pas l’unanimité et boycottera 2016.

 

Le MPS comme sacerdoce ?

fiche nadingar

Infatigable ! Un adjectif qui sied au Secrétaire général du MPS depuis un an. Il enchaîne en un week-end, avec une énergie insoupçonnée pour ses 64 ans, un rencontre de sensibilisation sur la biométrie le vendredi à Ndjaména, un rassemblement de jeunes du MPS à Moundou le samedi et une rencontre politique à Genève le lundi matin. Au-delà de ce marathon, l’ancien Premier ministre croit en ce qu’il fait. C’est-à-dire concilier les avis des uns et des autres dans le parti d’Idriss Deby. En cette année électorale, Nadingar souhaite faire la promotion de quelques jeunes pousses du parti dont il reconnait « des qualités intrinsèques impressionnantes et une conviction profonde de pouvoir changer le Tchad par la voix de l’engagement politique ». Un retour à la Primature aux lendemains du scrutin présidentiel lui donnera l’occasion de mettre en avant ses poulains.

 

L'ambitieux

fiche sabre

Il tire de sa longévité gouvernementale une certaine dextérité dans l’art si particulier de la politique tchadienne. Le tout alimenté par une discrétion de séminariste. Dans un autre sens, il couve des ambitions franches (leadership régional entre autres). D’aucun assurent qu’il est à l’origine de l’éviction de Saleh Deby de la direction des Douanes. Si cette version est avérée, c’est que l’ancien impétrant de la faculté de Paris V a une influence bien plus grande que celle qu’on lui octroi. Sa présence dans ce palmarès « des médiatiques » sonne comme une anomalie. Car Abdoulaye Sabre est aux antipodes de cela, même si la presse tchadienne l’a mis sous le feu de la rampe suite au « scandale de l’Enam ». Il s’agit donc d’un pari de notre part : le SGG sortira de l’ombre de son plein gré pour assouvir ses velléités politiques en cette année de campagne électorale.

Rendez-vous mercredi pour la troisème partie de notre short list.

Lire aussi : TCHAD : 10 INCONTOURNABLES EN 2016 (1/4)

Chérif ADOUDOU

signature blog