Le billet qui suit est parodique. Je m'amuse à taquiner mes amis de la presse tchadienne sur leur propension à user de rumeurs pour nous produire une information. Gardons le sourire !

Les rumeurs vont bon train depuis quelques semaines sur un énième remaniement ministériel. Certains de nos concitoyens « se plaignent » même du fait que le gouvernement dirigé par Kalzeubé Payimi Deubet soit encore d'actualité après 19 mois d'exercice (avec quelques remaniements). Soit 3 mois au-dessus de la moyenne de vie de nos premiers ministres. Que préparent le Président de la République et ses Conseillers les plus proches ? Qui sera "victime" de ce petit jeu de chaises musicales ? Tour d’horizon (fondé sur des rumeurs, je le précise bien) !

Bédoumra Kordjé, ministre des Finaces et candidat tchadien à la présidence de la BAD.

Selon une source non fiable, une liste gouvernementale sur proposition de l’actuel Premier ministre, Kalzeubé Payimi Deubet, a été présentée à Idriss Deby le 28 avril dernier. Après lecture du document, l’homme de Bamina a tout simplement piqué une colère noire : « C’est quoi ces clowns que vous me proposez là ? On dirige un pays ou une troupe théâtrale ? Retravaillez ça et revenez me voir la semaine prochaine.»

Si l’on suit une logique calendaire normale, le « la semaine prochaine » du PR devrait être ce mardi 5 mai.

Voici à quoi ressembleraient les principaux changements qui interviendraient avant la fin de la semaine :

Ils ne partiront pas (à coup sûr) :

- Kalzeubé Payimi Deubet (Premier ministre)

Le locataire de la primature ne gêne personne. Il est docile et ne fait pas de vagues. Il a le profil parfait à un an d’une élection présidentielle dont les contours sont encore indécis.

- Adoum Younousmi (Ministre des Infrastructures)

Il fait partie des « Hommes du Président ». Et surtout parce que depuis son retour il adopte une posture moins « sphinxiale » que lors de ses années de gloire. Une attitude plus terre à terre qui lui attire des sympathies inattendues.

- Abdoulaye Sabre (ministre Secrétaire général du gouvernement)

Il changera peut-être de portefeuille, mais ne quittera pas le gouvernement.

Ils partiront (à coup sûr) :

- Hassan Sylla Bakary (ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement)

Disons qu’il a fini de jouer sa partition. Après un « mandat » de plus de trois ans, le griot le plus assidu du MPS tirera sa révérence gouvernementale… avant un nouveau retour ?

- Bedoumra Kordjé (ministre des Finances)

Tout simplement parce qu’il devra se mettre « en disponibilité » par rapport au vote pour la présidence de la BAD. Même si son succès éventuel lors de ce scrutin semble mal engagé, le Président de la République pour sa part, croit dur comme fer à la victoire de son ministre des Finances.

- Baiwongue Djibergui Amane Rosine (ministre de l’Agriculture et de l’Environnement)

Sans charisme, sans entregent, sans stratégie, sans réels soutiens et sans résultats tangibles on ne fait pas long feu dans un gouvernement tchadien.

Pour le reste de la troupe, chacun ira faire la danse du ventre pour se maintenir et continuer à « servir » au mieux la République et les Tchadiens.

Crédit photo : lmiroir.com

signature blog