Un T-Shirt lancé par Nike pour célébrer les athlètes féminines aux JO de Londres divise les utilisateurs des réseaux sociaux. Certains d'entre-eux voient dans le message véhiculé une insulte à la femme.

Le trio de rockeuses russes, Pussy Riot, a été condamné à deux ans de prison pour avoir parodié une messe hostile au régime de Vladimir Poutine dans la fameuse église du Saint Sépulcre en février dernier. L’opinion publique vocifère contre cette Russie qui tue la créativité, qui musèle l’expression, qui est liberticide. Ces trois femmes n'ont tué personne! 

Is-Nikes-Olympic-Gold-Digger-shirt-sexist-or-ironicAvant d’arriver à cet extrême, il y a eu des étapes. Des signes avant coureurs. Un peu comme celui que j’ai ressenti lorsqu’un grand nombre de personnes et d’associations sur les réseaux sociaux ont crié au scandale concernant un produit lancé par Nike pour célébrer les athlètes féminines médaillées d’or au Jeux Olympiques de Londres. L’objet de la discorde ? Un sublime T-shirt noir à la coupe cintrée floqué du slogan suivant en couleur or: « Gold Digging » qui signifie en anglais « chercheuse d’or ». Mais aussi dans un langage familier américain « femme vénale » ou « putain » Un esprit normal aurait vite fait de comprendre le jeu de mot et l’ironie qui accompagne ce message. Tout le monde, apparemment, n’a pas un sens de l’humour aussi poussé que Nike (ou moi ou même vous qui me lisez). Des donneurs de leçons sur Twitter et Facebook ont mis en cause Nike et « la façon ignoble avec laquelle il décrit la femme ». La marque de vêtements de sport a même jugé nécessaire de s’expliquer par le biais d’un communiqué lu sur ABC News que le message est ironique et humoristique.

Adidas a connu la même mésaventure en juin dernier lors du lancement de la paire des chaussures "Shackle". Ces baskets possèdent des chaines recouvrant les chevilles. La référence à la traite négrière, brandit par des associations, a eu raison d’Adidas qui a du annulé la commercialisation immédiate de son produit.

Des ligues de toutes sortes scrutent et sont prêtes à contre-attaquer ce qui pourrait les blesser. Le féminisme, l’antiracisme ou l’anti « je ne sais quoi » sont là pour protéger des groupes d’individus. Mais non pour tuer la créativité, brimer l’humour ou encore freiner le développement d’une marque. Je ne suis pas parano, mais le rapport avec le musèlement des Pussy Riots est vite fait.

Vous vous souvenez du filme « Equilibrium » ? Avec la belle Emily Watson! Dans cette histoire les Hommes vivent sans émotion, ni sentiment. Si les ligues de vertues continuent à dicter leurs points de vue au détriment du developpement de l'esprit, on risque de vivre ainsi un jour !

Autrement, mesdemoiselles, vous le porteriez ce fameux "Gold Digging" ?